· 

En 1931, Revel investissait dans une route pour développer la fréquentation touristique de Freydières et la Pra

Refuge de la Pra en 1903
Refuge de la Pra en 1903

 

L’Illustration - 5 septembre 1931:

 

Une route de montagne

 

« Grenoble est, on le sait, une capitale touristique et son syndicat d’initiative fut, sans doute, le premier de ce genre en France. C’est là que tout au début de ce siècle les cars de tourisme commencèrent à circuler, inaugurant une formule qui a connu depuis une une étonnante fortune. Et, peu à peu, toute la région, suivant cet exemple, s’organise et s’aménage.

Même d’humbles communes font de louables efforts et c’est à l’une d’elles, Revel, située au nord-est de la ville, qu’est due une nouvelle route de montagne inaugurée ces jours derniers. Une des promenades les plus intéressantes de la région est constitués par l’ascension de la Pra, située à 2100 mètres d’altitude. Elle était juste à ces derniers temps peu facile : sentiers mauvais ou inexistants, tracés qui se perdaient, bref une ascension fatigante et longue qui rebutait les promeneurs moyens. Désormais, on accédera plus facilement à ce coin d’où l’on découvre un immense panorama.

 

La commune de Revel a construit à ses frais, jusqu’au plateau de Freydières à 1100 mètres d’altitude, une route facilement praticable pour les autos. Agréable et très pittoresque, elle découvre à chaque tournant des horizons nouveaux, notamment sur le massif de Belledonne et celui de la Grande Chartreuse. Tout au loin sur l’Isère, on aperçoit Grenoble enveloppé d’une brume légère. Sur le plateau, où l’on trouve une manière de relais, on compte installer, sous la tente, des colonies de vacances et c’est une des raisons qui ont entraîné la construction de la nouvelle route. De ce point, un sentier muletier bien aménagé, qui côtoie le lac du Crozet, permet d’atteindre le chalet de la Pra en quatre heures de marche.

 

C’est l’ensemble de cette promenade qui fut réalisée le dimanche 23 août 1931, avec un plein succès, par la caravane d’inauguration où figuraient invités par la commune de Revel, les membres du syndicat d’initiative de la région et les maires du canton de Domène. Partis à 7 heures de Grenoble, les excursionnistes y rentèrent seulement à la nuit tombante, ayant eu, malgré un temps par instants bouché, de splendides échappées sur les Alpes dont on peut apercevoir par temps clair le point culminant »

 

(article cité dans « La fabuleuse histoire de Belledonne, p166, un excellent ouvrage de Raymond Joffre, paru aux Editions de Belledonne en 2006)

 

90 ans plus tard,  que fait la commune de Revel pour faciliter l'accès de la montagne aux habitants de la vallée?

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0