Les enjeux pour Freydières

Les Debats (2018)

Il y a beaucoup de monde à Freydières et sur les parkings au dessus, aux 4 chemins et à la Pliou. C'est l'accès principal à certains des plus beaux sites de Belledonne: lac du Crozet, lacs du Domeynon, Croix de Belledonne, refuge de la Pra.

 

Il y a beaucoup de monde et la fréquentation augmente.

 

Un boitier de comptage des randonneurs au départ du chemin du lac du Crozet (juste au dessus du parking de la Pliou) a enregistré de juin à septembre 2018:

  • 31 000 personnes
  • 320 personnes/jour en moyenne sur la saison d'été
  • 600 p/j en moyenne le week-end, avec un max de 1300p le 1 juillet
  • 200p/j en moyenne en semaine.

Le refuge de la Pra a enregistré un record de 4100 nuitées pendant la saison 2018.

 

Un comptage plus fin  a été effectué sur tous les accès à la zone Natura 2000 le 13 aout 2018.

  • les visiteurs viennent en très grande majorité de la vallée (Grenoble, Grésivaudan).

Le repoussoir du Lac Achard

lac Achard Chamrousse

Le lac Achard, dans la zone Natura 2000 sur Chamrousse est victime de son succès. Un site exceptionnel avec ses pins cembro autour du lac, facile d'accès et très fréquenté, à la journée et en bivouac.

Les sols autour du lac sont piétinés et dégradés, par la fréquentation et les traces de feux. Et des vandales s'en prennent aux pins Cembro centenaires pour leur feu de camp.

 

L'exemple du lac Achard est monté en épingle pour justifier des interdictions ailleurs dans Belledonne: "nous ne voulons pas que la Pra se dégrade comme le lac Achard".

 

Il y a certainement des mesures à prendre pour rétablir le milieu naturel autour du Lac Achard. Mais ce cas reste exceptionnel, bien heureusement. Nous ne connaissons pas de situation comparable dans Belledonne.

 

 

Comment interpréter ces chiffres?

600 randonneurs ou exceptionnellement 1300 une belle journée d'été, c'est à la fois beaucoup et pas beaucoup.

 

Ce sont beaucoup de voitures à parquer et ça ne rentre pas bien dans les parkings existants. Il y a bien une charge importante au niveau des parkings.

(mise à jour après les comptages des voitures au parking de l'été 2019: en moyenne 175 voitures les WE d'été, 300 les jours d'affluence. On ne compte pas la même chose, les flux de personne d'un coté et le nombre de véhicules stationnés à midi de l'autre, mais les chiffres sont cohérents, environ 3 personnes par voiture. C''est bien chargé mais ça rentrerait mieux si les voitures étaient bien garées et tous les parkings disponibles utilisés)

 

1300 personnes (le max) au départ de la Pliou (précision: la Pliou, c'est le nom local, non mentionné sur IGN, du lieu occupé par le dernier parking),  c'est une longue  file continue de randonneurs qui va se suivre sur le chemin, un chemin qui n'est pas toujours adapté à cette fréquentation.  Une partie va se disperser en forêt cueillir les champignons, beaucoup vont s'arrêter à la plage du lac Crozet, certains vont chercher le calme à la Sitre, d'autres vont continuer au col de la Pra, vers les lacs Domeynon, vers la Croix, vers la Grande Lance, ou alors vers la Pra, le refuge, les lacs, la Lauzière...  Il y a une infinité de possibilités, et passé le lac Crozet et le col de la Pra, les randonneurs se dispersent. 1300 personnes à la Pliou, c'est combien de randonneurs à l'hectare en montagne?

 

Est-ce que les alpages et les sommets de Belledonne sont surfréquentés et dégradés par les passages? Notre expérience, c'est que la majorité du temps, on ne rencontre pas grand-monde, et dès qu'on s'écarte du chemin principal, on rencontre surtout une grande solitude. 300 personnes en moyenne sur tout le massif au départ de Freydières, ce n'est pas la foule en montagne!

 

Les Nuisances

Les nuisances identifiées par la mairie de Revel à la réunion publique du 18 octobre 2018 sont les suivantes:

  • parkings saturés et voitures garées n'importe où et des 2 cotés du chemin empêchant le passage de véhicules de secours
  • déchets sauvages non dégradables, surtout sur les sites très fréquentés de Freydières et Ferpeyret qui sont accessibles par la route, mais aussi sur les alpages où ils sont dommageables pour le troupeau (sacs plastiques)
  • dégradation des sentiers (surtout celui du lac Crozet) par piétinement, coupure des lacets, qui entraine de l'érosion, du ravinement et des mises à nu des racines.
  • Dégradation du sol par piétinement qui détruit la végétation (lac Achard  zone Natura2000 à Chamrousse)
  • excréments et papiers en bordure des parkings (il n'y a pas de toilettes en dehors de Freydières); aussi en montagne, mais sans impact pour le milieu.
  • foyers de feux, alors que les feux sont interdits. 60 foyers recensés autour du lac Achard. Des foyers à Freydières, Ferpeyret et dans l'alpage de la Pra.
  • Des arbres coupés pour faire du feu, dont du pin Cembro (au lac Achard, 1 au  lac Longet).
  • Dégradations ( circulation de véhicules, déchets, bouteilles, foyers..) dus aux fêtes sauvages à Ferpeyret ("le terrain de rugby")
  • Gêne du troupeau par les randonneurs (à noter que la gêne des randonneurs par les patous n'a pas été mentionnée)

D'autres nuisances ont été signalées par des groupes de participants à la réunion ou par courrier antérieur:

  • pillage des forêts privées par les ramasseurs de champignons et chataignes
  • sur-fréquentation hivernale du Colon par les skieurs de randonnée qui détruisent les zones de nidification du tétras-lyre

 


Réduire la fréquentation ou s'organiser mieux pour s'y adapter ?

Lac de Freydières Revel Belledonne
Lac de Freydières

Fréquentation trop forte pour le milieu naturel?

"il y a surfréquentation quand la pression des visiteurs, des touristes ou des usagers sur un milieu naturel est telle qu'elle dépasse la capacité du milieu à se régénérer"

 

Selon cette définition (Revel-dialogue de nov 2018),  y-a-t-il surfréquentation dans les montagnes de Revel?

 

Il y a sans aucun doute une saturation des parkings les jours d'affluence, un besoin de toilettes autour des parkings, un sentier à aménager pour l'adapter à la fréquentation, une interdiction de véhicules à faire respecter à Ferpeyret et encore (mais c'est à relativiser)  trop de déchets oubliés.

 

En dehors de ces points, très localisés et qui peuvent se gérer, nous ne voyons pas d'atteinte significative au niveau naturel.

 

Il nous semble même que, avec un accompagnement adéquat, le secteur de montagne accessible par Freydières pourrait accueillir plus de visiteurs, et répondre à la double demande

  • des urbains qui souhaitent aller en montagne
  • des locaux qui pourraient développer des activités de tourisme.

 

Mettre une barrière à Freydières?

C'est une idée que certains ont proposé, dans le but de réduire la fréquentation. Ce qui rallongerait les parcours d'une heure de marche et de 250 de dénivelé.

 

Nous ne sommes pas d'accord.

 

Pas un problème pour les trailers qui avaleront les dénivelé en 15mn. Mais pour les familles? Monter au lac du Crozet depuis la Pliou est déja une belle aventure pour des enfants, rallonger le trajet serait dissuasif.

 

La montagne est belle, rendons là accessible à tous!

 

 

 

Créer des parkings à Freydières

Agrandir les parkings, c'est possible. La Pliou et les 4 Chemins sont en terrain communal et le terrain n'est pas très pentu,  donc c'est techniquement possible.  Et mettre des toilettes sèches comme cela s'est fait au col du Coq pourrait être utile.

 

Qui doit payer? il semblerait logique que cet effort financier soit partagé avec la Communauté de Communes du Grésivaudan et la Métro de Grenoble, qui en seront les principaux utilisateurs, ou le Département.

 

Certains à la mairie voudraient rendre le parking payant, comme à Saint-Même en Chartreuse. Sauf que les situations ne sont pas comparables. A Saint-Même en fond de cirque, la place est limitée et les voitures obstruaient le hameau. A Freydières et la Pliou, on a de la place, Si c'est dans l'espoir de pouvoir avec les revenus du parking  payer un garde qui verbaliserait les incivilités, c'est illusoire. Au mieux, le parking payera le salaire de celui qui fait payer le parking.

 

Améliorer les chemins

Le chemin de la Pra est certainement à améliorer pour supporter la fréquentation. Rien de majeur, mais des améliorations. Nos ancêtres savaient entretenir des sentiers muletiers par des murets, des caniveaux, des dalles si nécessaires, pourquoi pas nous?

 

Un exemple en val d'Aoste: le sentier qui monte au refuge Sella est bien plus fréquenté que celui de la Pra (les parkings sont beaucoup plus grands). Il a été équipé de murets, les lacets sont réguliers, le sentier est plat, les évacuations d'eau sont canalisées. C'est possible, c'est tout près de chez nous.

 

Qui va payer?  Les chemins sont gérés par le PDIPR (Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et Randonnées). Un projet à monter entre les communes de Revel et la Combe de Lancey,  la Comco et le département.

Montée en forêt au lac Crozet. Le chemin mériterait d'être renforcé
Montée en forêt au lac Crozet. Le chemin mériterait d'être renforcé

Aménager Freydières et Ferpeyret

Le lac de Freydières et la prairie de Ferpeyret sont très fréquentés en été. Normal, les sites sont superbes, on y est au frais. Quoi de plus naturel que de venir picniquer, promener les enfants ou faire la sieste dans un petit paradis?

 

Le camping y est interdit, ainsi que la circulation des engins motorisés et les feux. Interdictions plus ou moins respectées. Ferpeyret est aussi un site connu pour des fêtes, déclarées en mairie ou sauvages. Le club senior de Revel y fait sa fête de l'été, d'autres plus jeunes des raves. Chaque Revelois y a une histoire, plus ou moins licite. C'est un espace de liberté facilement accessible, avec malheureusement quelques débordements, souvent montés en épingle.

 

Pourrait-on aménager ces lieux pour faciliter leur fréquentation? Des tables, des espaces barbecue, un point d'eau aménagé (il existe)... Avec un parking et des barrières qui bloquent vraiment les voitures et les 4*4?

 

 

Tétras-lyres et skieurs

Le tétras-lyre est en déclin, malheureusement. A noter que malheureusement, il est toujours chassé.

 

Une action pilotée par Natura2000 et gérée par l'ACCA de Revel en collaboration avec les éleveurs vise à rétablir les milieux naturels favorables au tétras-lyre sous le grand Colon. Concrètement, cela consiste à débroussailler les rhodos pour ouvrir des clairières d'herbe. Une excellente initiative que nous saluons.

 

Le grand Colon est aussi un site de rando hivernale fréquenté.  Or chacun sait que le tétras ne supporte pas le dérangement hivernal, il ne cohabite pas avec le passage des skieurs.

 

Cependant, la quasi-totalité des skieurs suit la voie normale (le chemin d'été) par la cabane et l'arête SW et parfois le grand couloir en descente. Les tétras ont appris à se réfugier dans d'autres secteurs, qui ne sont jamais parcourus. En particulier, personne ne descend le vallon bien connu des chasseurs sous le Rocher Motin. les tétras peuvent y hiberner tranquillement.

 

 


Et vous, qu'en pensez-vous?

Commentaires: 9
  • #9

    vigilance-belledonne (lundi, 22 juillet 2019 17:28)

    En réponse à Eva
    Les projets de limitation d'accès à Freydières sont toujours étudiés par la mairie de Revel. Nous espérons que le bon sens prévaudra, mais rien n'est certain et nous restons vigilants pour préserver le libre accès à la montagne.
    Concernant la cohabitation avec les chasseurs, c'est un sujet sensible, en particulier à Revel et le dialogue reste difficile avec des positions bien tranchées. Voir mon article de blog: https://www.vigilance-belledonne.fr/2019/05/01/prison-ferme-pour-le-chasseur-de-revel-ca-va-changer-les-pratiques-de-chasse/

  • #8

    Eva (lundi, 22 juillet 2019 11:33)

    Bonjour,
    L'initiative de vouloir améliorer les conditions des visiteurs à Freydières et ses environs est très bonne. J'apprécie de voir également que de mettre une barrière à Freydières n'est pas (plus?) une idée envisageable, la montagne est un espace de liberté. Je ne suis pas favorable à la pratique de priver et punir, mais plutôt sensibiliser et éduquer les usagers.
    On parle de dégradation et de sur-fréquentation. Si cette "sur-fréquentation" se rend en montagne, en milieu naturel, c'est qu'elle y est sensible, non ? Si nous la punissions, elle ne voudra plus y venir et la dégradera surement d'autant plus que si nous la sensibilisons à sa fragilité et lui donnons envie d'en prendre soin. Le respect de l'environnement passe par l'apprentissage, et l'apprentissage s'apprend dès le plus jeune âge. Quoi de mieux que Freydières, et le lac de Crozet pour qu'une famille apprennent les "bonnes pratiques" en montagne, à l'apprécier et à en prendre soin ?
    Je suis tout de même étonnée que le sujet des chasseurs ne soit pas apparu dans votre étude... en terme de dégradations et nuisances, il n'a pas que le comportements des randonneurs à blâmer.
    Même si il y a des points très intéressants dans votre étude, il pense à croire que ce projet a été créé pour répondre aux attentes (financière et en terme de confort) d'un certains nombres d'usagers seulement.

  • #7

    Mathieu (vendredi, 01 février 2019 10:01)

    La seule nuisance que j'ai pu observée est la montée de chasseurs bruyants venus faire du rallye et des dérapages en 4*4 sur la neige tout en insultant les promeneurs, vers Ferpeyret.

  • #6

    Duval Paul (mercredi, 30 janvier 2019 17:52)

    La frequentation a Freydieres, Lac Crozet, La Pra et..durant les mois de juillet et aout: est-ce un probleme?
    - nuisances: vraiment faibles.
    - parkings: en effet, pas adaptes. Les ameliorer ou prevoir des navettes frequentes depuis Freydieres?
    - la sois-disant sur- frequentation (hors parkings): pas evidente vu les faibles nuisances.
    Un point important: c'est une chance de voir des familles en montagne. Le departement (et/ou les communautes de communes) pourraient (devraient) facilement en profiter pour informer, eduquer, preserver ces sites et, si besoin, penaliser.? 2 a 3 etudiants ou autres pourraient largement repondre a ces questions durant ces 2 mois. C'est ce que fait le departement pour les sites sensibles. Les frais engages seraient tres faibles par rapport aux resultats attendus.
    Cette sois-disant sur-frequention ne peut etre comparee a celle de la voie normale d'acces du Mont-Blanc. Pour ce site, le cote educatif ne peut etre avance. L'aspect financier est de plus en plus important et les nuisances sont reelles.

  • #5

    Bernard (dimanche, 02 décembre 2018 22:36)

    Je découvre ce site et j'apprécie beaucoup cette initiative de défendre un accès libre à la montagne, en particuliers ce joli coin de Freydière et toutes les destinations en altitude qu'il offre.
    Je l'ai très souvent fréquenté en toute saison lorsque j'habitais Grenoble ou sa banlieue et je pense qu'une concertation intelligente avec tous les acteurs sous l'égide du département ONF pour l'entretien du chemin du lac Crozet par exemple, élargissement des parkings de Freydière et mise en place d'un WC public sont des idées excellentes.
    Former quelques étudiants en tant qu'informateur de la montagne pour les jours de forte affluence pourrait être un plus pour les familles qui viennent picniquer dans les environs du parking afin de les ouvrir, et particulièrement les enfants, aux beautés de la nature, à la protection de l'environnement.
    Pour les habitants de la plaine ces départs en montagne sont des havres de découverte, de respect de la nature et de paix à développer.
    Je soutiens fortement toutes vos initiatives.
    Bernard

  • #4

    Olivier (mercredi, 21 novembre 2018 20:56)

    Il y a certe du monde au départ de Freydiere pour monter au Crozet ou à la Pra, mais on est très loin d'une surfréquentation. Les randonneurs se dispersent tres vite vu l'étendue des possibilités offertes par le massif.
    Le veritable point noir de ce départ est la gestion du parking et l'absence de toilettes. Vu que rien n'est proposé, les alentours du parking sont de véritables toilettes à ciel ouvert. Une bonne gestion du parking limitera de manière importante les nuisances que les randonneurs apportent au milieu naturel

  • #3

    vigilance-belledonne (mercredi, 21 novembre 2018 11:01)

    En réponse à Paul:
    Merci Paul pour cette analyse que nous partageons largement.
    Avec une précision: nous sommes 100% d'accord pour protéger les zones naturelles sensibles et en particulier les zones humides, avec des informations aux randonneurs et même des arrêtés d'interdiction si c'est nécessaire. Mais l'essentiel du périmètre interdit à la Pra, ce n'est pas une zone humide sensible, c'est du pâturage transformé par les moutons. C'est là dessus que nous ne sommes pas d'accord avec le maire.

  • #2

    Paul (mercredi, 21 novembre 2018 10:55)

    Cet arrêté d'interdiction à la Pra a été pris par le maire de Revel pour le territoire de Revel. En effet, il faut protéger les sites fragiles pour lesquels tout dommage peut être irréversible.
    Mais, il ne faut surtout pas limiter l'accès a la montagne. C'est "souvent ou parfois" la tentation d'une "élite ou petits groupes" très actifs auprès des décideurs. C'est vrai que la montagne sera préservée si son accès est interdit!
    Le cas de la Pra et des sites d’accès est intéressant car proche de Grenoble.
    - La Pra et les lacs pourraient être des sites plus ou moins surveilles (avec informations, conseils, formations, explications et, pourquoi pas, réprimandes), au moins les jours de grande affluence, mais, surtout pas en limiter l'accès. Ça pourrait être une belle occasion d'informer, de faire connaitre la montagne. Aller vers ces lacs est souvent une belle occasion pour des familles de découvrir la montagne et de faire du sport. Les enfants pourront devenir des randonneurs, des alpinistes, des trailers, des défenseurs de l'environnement...si on les informe...
    - Comment préserver ces sites? Surtout pas en limitant l'accès a la montagne. Peut être, par une information claire, non agressive, positive a Freydières et sur les sites. Une personne ou deux les jours de grande affluence seraient vraiment utiles. Des étudiants ou autres, bien formés, pourraient être recrutes temporairement. Le bénéfice obtenu vaut largement l'argent mis pour financer temporairement ces "formateurs"!
    - Les parkings; c'est vrai que c'est un pb certains jours. La mairie de Revel ne fait rien pour en faciliter l’accès, peut être (certainement) pour limiter l’accès a la montagne? Je n'ai jamais vu de surpopulation au lac Crozet ni beaucoup de déchets. La fréquentation a La Pra est étonnamment faible l’été.
    Un dernier commentaire: la population française est passée de 38 millions d'habitants en 1900 a 68 millions en 2018. En même temps, les campagnes se sont vidées au profit de grandes agglomérations. On ne peut retrouver la France des années 1800, "avec les loups et..."! Il faut partager l'espace en le protégeant, en ne limitant l’accès a la montagne et autres sites qu'exceptionnellement. Il faut permettre a ceux qui vivent dans des conditions difficiles dans les villes de sortir et de découvrir......oui, la montagne.

  • #1

    Paul (mercredi, 21 novembre 2018 10:11)

    Je suis d'accord avec cette vision. Je redis que cet Espace Belledonne devra etre discute très largement auprès du public et controlé par le département (qui est en charge des espaces fragiles sur le département) et par la préfecture pour toute décision. Cette association devrait assez vite alerter le département.